Islande : les orgues Basaltiques

Les orgues basaltiques, également appelées colonnes de basalte, sont très fréquentes dans le paysage islandais. Elles témoignent des nombreuses irruptions de lave qu’a connu et que continue de connaître le pays.

Le processus de formation des orgues basaltiques est similaire, dans le principe, à celui des surfaces de boue et d’argile craquelées après séchage au soleil. Les prismes se forment suite à la contraction de la matière – ici le basalte – lors de son refroidissement.

Voici plus de détails sur leurs étapes de formation :

Lors d’une éruption volcanique sous-marine ou terrestre, une coulée de lave se répand directement à la surface, descendant par gravité jusqu’à être freinée et s’arrêter ; au contact de l’eau ou de l’air, la lave refroidit rapidement. En refroidissant, la matière immobile se contracte et se fracture selon des prismes plus ou moins réguliers. Une fois refroidie en-deçà d’une certaine température, elle se solidifie pour former une roche basaltique organisée en colonnes prismatiques adoptant des formes de polygones, le plus souvent à 6 côtés, parfois à 5 ou 8 côtés.
La forme finale adoptée par la roche basaltique adopte donc une géométrie particulière : c’est une série de colonnes polygonales de dimension comprise entre quelques centimètres et trois mètres de diamètre, parfois sur plusieurs dizaines de mètres de haut. Les colonnes peuvent être parallèles entre elles, parfois verticales (« colonnades ») ou parfois courbes (lorsque la lave continue à avancer à vitesse minimale tout en finissant de se solidifier), ou bien organisées de façon anarchique avec des angles différents (« entablures »).